Programmation Neuro Linguistique (PNL)

La PNL, conceptualisée à la même période que l’analyse transactionnelle dans le cadre de l’école de Polo Alto sous l’égide de Bandler et Grinder qui avaient observé les façons de faire des grandes stars de la thérapie de l’époque, à savoir Perls, Erickson, Virginia Satir.

La programmation neuro-linguistique a pour objet, selon l’un de ses co-fondateur John Grinder, le modelage de l’excellence humaine, c’est à dire le codage des structures comportementales caractéristiques de personnes connues pour exceller dans un domaine particulier.
Ainsi la PNL n’invente rien; elle s’appuie sur l’analyse de pratiques antérieures et propose des concepts et des outils pratiques à utiliser dans toute vie relationnelle, personnelle ou professionnelle, en thérapie, dans la pratique du sport de haut niveau, dans l’enseignement, …
Proposée en France depuis le début des années 80, la PNL ne cesse d’évoluer, de s’enrichir, de se nourrir d’autres rencontres, de s’adapter à notre culture pour nous proposer des outils de communication et de changement.
En guise d’exemple, je vous parlerai en quelques mots d’un outil dédié à la communication, la synchronisation, puis, à propos d’un outil dédié au changement, de stratégie d’objectifs.

La synchronisation consiste à observer le type de langage, la posture, les mouvements, la respiration d’un interlocuteur et de s’y adapter afin que ce dernier se sente bien dans la relation, écouté, respecté, et que le message que nous avons à lui faire passer lui parvienne plus nettement, avec plus de force; il ne s’agira pas de mimétisme, d’imitation, encore moins de moquerie, mais bien plutôt d’une harmonisation subtile de la relation, totalement respectueuse de l’un et de l’autre.
Pour ce qui est des outils de changement, je fais le choix de vous parler en quelques mots de la stratégie d’objectifs : il va s’agir pour une personnes engluée dans une situation dans laquelle elle n’avance pas et ne parvient pas à atteindre le but qu’elle s’est fixée, d’en sortir.

Comme par exemple, « ne plus vivre en ville ».
La stratégie d’objectif va permettre par le biais d’une série de questions d’identifier le vrai objectif du sujet, de valider le fait qu’il soit juste pour lui, de faire en sorte que cela puisse être gratifiant pour la personne de l’atteindre, de le rendre motivant.

Les questions posées pourront être, par exemple :

  • Qu’est-ce que cela t’apportera ?
  • Que veux-tu à la place de ce que tu ne veux plus ?
  • Qu’est-ce que cela apportera à ta famille ?
  • Quand voudrais-tu avoir atteint cet objectif ?
  • Dans quelle mesure est-ce réaliste ?
  • Qu’es-tu prêt à abandonner pour cela ? etc…
Menu